Logoden / visuel
Cycle Mois du doc 2013

Films de famille, images amateurs, archives d’anonymes...

Cycle proposé par Images en Bibliothèques dans le cadre du Mois du doc 2013

En partenariat avec l’Association Inédits

Depuis 1922 et l’invention du format 9,5mm par Charles Pathé, des hommes et des femmes se sont emparés d’une caméra légère pour filmer la vie, leur vie. Souvenirs privés, le cinéma familial déroule inlassablement le film d’acteurs endimanchés et souriants, comédie du bonheur révélant toute une géographie humaine d’où les drames, les conflits et les peines sont délibérément exclus. Ces films prennent avec les années une valeur patrimoniale reconnue aujourd’hui par les historiens, les anthropologues et les sociologues.

Carnets de notes cinématographiques enregistrés au fil du temps
Ces films sont un formidable témoignage sur de nombreux aspects de la vie au 20e siècle filmée par les gens eux-mêmes. Ils proposent un contrechamp précieux au cinéma professionnel (fiction, documentaire, actualités) dont s’emparent aujourd’hui des réalisateurs questionnant ainsi notre représentation de l’histoire.

Ces films couvrent parfois plusieurs décennies.
On y voit les modes et les paysages changer, les rituels sociaux et familiaux évoluer et des enfants devenir parents puis grands-parents. D’une certaine façon, toutes ces images contiennent le même élan humaniste et généreux : croire que le bonheur est possible tout en inscrivant sur la pellicule le temps au travail qui transforme les enfants en parents puis en grands-parents et fait ralentir les acteurs de ces films et blanchir leur cheveux.

L’action d’Inédits et des Cinémathèques régionales
Ces images sont sauvegardées grâce au travail de collecte et de conservation des cinémathèques régionales regroupées dans le réseau européen INEDITS depuis plus de vingt ans. L’objectif aujourd’hui est de les donner à voir, permettre aux réalisateurs, aux historiens, aux artistes, aux chercheurs, aux habitants des régions de s’en emparer pour interroger leur forme et saisir la polysémie incroyable de ces images. La programmation dans le cadre du Mois du film documentaire permettra de présenter des films réalisés à partir d’images amateurs et également des extraits des fonds des cinémathèques en région. Occasion de découvrir la richesse de ces fonds, d’échanger sur le sens de ces images et de s’interroger sur l’appropriation collective de ces films destinés à l’origine à la mémoire privée.
Les cinémathèques régionales disposent de fonds d’images amateurs uniques, éditorialisés et documentés. Les médiathèques, associations et lieux de culture, peuvent s’appuyer sur leur travail pour proposer à leurs publics un autre regard sur leur territoire, le regard de ses habitants.