Plastic Jesus

Réalisé par Lazar Stojanovic

Collage anarchique sur le titoïsme, le stalinisme, le totalitarisme, les arts souterrains, le fascisme et le socialisme. Une ligne narrative mineure parle d'un cinéaste anarchiste barbu dont la petite amie croate-américaine continue à chanter des chansons country - l'une d'elles intitulée Plastic Jesus.

Informations

Année : 1971

Durée : 73 mn

Pays de production : Yougoslavie

Production : Lazar Stojanovic

FacebookFacebookemail

1 projection(s) organisée(s)

Projection Mois du doc 2014 - Carré d'art - musée d'art contemporain (Occitanie / Nîmes)

Programmé par : Rousselet Dominique, BIBLIOTHÈQUE CARRÉ D'ART (Occitanie / NÎMES)

Cycle : L'image mémoire composé de 16 films et 11 événements

  • Cette séance était accompagnée

    Séance en partenariat avec le musée d'art contemporain du Carré d'art : http://www.carreartmusee.com/ En présence de Nataša Petrešin-Bachelez, commissaire et critique d’art indépendante et de Jean-Marc Prévost, directeur du muséeA l’occasion de l'exposition Personal Cuts. Art à Zagreb de 1950 à nos jours (Carré d’Art – musée 17 octobre 2014 – 11 janvier 2015), Nataša Petrešin-Bachelez, commissaire et critique d’art indépendante, présente une sélection d'œuvres vidéos d'artistes d'Europe de l'Est interrogeant la notion d'archives.

    « Public Cuts » Empruntant le titre d’une des publications de l’artiste féministe Sanja Ivekovic, les extraits des vidéos et films de Sanja Ivekovic et Lazar Stojanovic (avec Tomislav Gotovac dans la rôle principal) seront présentés afin de démontrer l’audace et la subversion avec lesquelles les artistes de l’ancienne Yougoslavie ont opéré. A partir des années 1960 le matériel d’archives d’Etat était employé en tant qu’outil conceptuel pour les collages, installations, vidéos et films, afin de démasquer l’idéologie dominante. Les artistes de la génération plus jeune, comme Marta Popivoda ou Nika Autor, qui ont vécu les années de transition pendant leur enfance, emploient les archive

Date de mise à jour :