Coup de projecteur sur...

" Delphine et Carole, insoumuses ", l'amitié de deux artistes engagées pour donner la parole aux opprimés.

" Ce sont des archives joyeuses et absolument modernes que tisse ce film de Callisto McNulty. En s’attachant au portrait de sa grand-mère vidéaste et de la comédienne Delphine Seyrig, la réalisatrice propose une ode au « féminisme enchanté » des années 70. " Guillaume Pavia, Le blog documentaire. Lire l'article

" Un superbe documentaire se penche sur l’œuvre commune, féministe et radicale, de l’actrice Delphine Seyrig et la cinéaste Carole Roussopoulos dans les années 70.  (...) Le film est un concentré de ce que cette association investie a eu d’intrépide, de joyeux, de sérieux, de révolution lucide et de patience pressée. "  Camille Nevers, Liberation. Lire l'article

 

Autour de Carole Roussopoulos...

Carole de Kalbermatten est née en 1945 à Lausanne. Elle passe son enfance à Sion et s’installe à Paris en 1967.  Deux ans plus tard, sur les conseils de son ami l’écrivain Jean Genet, alors qu’elle vient d’être licenciée par le magazine Vogue, elle achète l’une des premières caméras vidéo portables. Avec son compagnon Paul Roussopoulos, elle fonde le premier collectif de vidéo militante, "Vidéo Out", et dès lors ne cesse de donner la parole aux "sans-voix", opprimé·es et exclu·es : " La vidéo portable permettait de donner la parole aux gens directement concernés, qui n’étaient donc pas obligés de passer à la moulinette des journalistes et des médias, et qui pouvaient faire leur propre information ". Lire la suite sur Film-documentaire.fr

Autour de Delphine Seyrig...

Actrice, réalisatrice et militante féministe, Delphine Seyrig a laissé derrière elle l'empreinte d'une femme élégante et combative. " Ce n'est pas une femme, c'est une apparition ". C'est en ces termes qu'Antoine Doinel/Jean-Pierre Léaud parle de Fabienne Tabard/Delpine Seyrig dans Baisers volésde François Truffaut (1968). La comédienne à "la voix de violoncelle", dixit l'acteur Michael Lonsdale, trouva ses plus beaux rôles chez quelques cinéastes de la Nouvelle Vague, avant de se tourner vers le militantisme féministe, dans la vie comme au cinéma. Lire la suite sur Film-documentaire.fr

Films de Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig au catalogue Images de la culture :

Y'a qu'à pas baiser de Carole Roussopoulos

Les Prostituées de Lyon de Carole Roussopoulos

Sois belle et tais-toi ! de Delphine Seyrig

 

 

 

 

 

 

 

Inviter la cinéaste !

Callisto McNulty sera disponible pour accompagner le films. Si votre structure est adhérente à Images en bibliothèques, vous pouvez bénéficier d'une aide financière pour sa venue.

Centre Simone de Beauvoir

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir a été créé en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder. Ces trois militantes féministes, toutes trois impliquées dans la pratique vidéo, ont mis au cœur de leurs objectifs la conservation et la création des documents audiovisuels qui ont alors pu être recensés concernant l’histoire des femmes, leurs droits, leurs luttes, leurs créations. En savoir plus

FacebookFacebookemail

Date de mise à jour :