Film soutenu

La Disgrâce

Réalisé par Didier Cros

Au cœur de ce film, les hommes et les femmes que l’on regarde avec difficulté. Ceux sur qui les enfants s’interrogent à haute voix sans retenue, ceux qui suscitent une curiosité malsaine et dont on se moque parfois. Nos semblables, mais des personnes que l’on observe du coin de l’œil faute d’avoir le courage de les regarder en face.

Ce film donne la parole aux faces détruites, aux identités déglinguées par le hasard ou la destinée. Figures malformées de naissance, visages ravagés par les accidents de la vie.

Comment vivre sous le poids de la différence ? par quoi doit-on passer pour accepter ce que l’on est et le faire admettre aux autres ? Qu’est ce que la singularité la plus dérangeante peut nous dire de notre humanité commune ?

Ce film est un face à face. Un face à face des témoins avec les spectateurs, et des témoins avec eux-mêmes.

Le lieu de l’expression de cette parole n’est pas un endroit comme un autre. Il s’agit du mythique studio de photographie français : « Harcourt » qui, depuis 1934, a vu défiler sur ses plateaux des stars du monde entier. Le temple du glamour, le sanctuaire de la beauté.

Ce qui va se jouer lors de cette séance photo avec chacun des témoins de ce film, c’est la réappropriation du regard sur soi. L’occasion de s’offrir une revanche, alors que l’on n’est pas regardé avec respect et considération.

Compositeur-trice de la musique originale du film
Olivier Depardon

Informations

Année : 2018

Durée : 66 mn

Pays de production : France

Production : Zadig Productions, Studio Harcourt

FacebookFacebookemail

Avis

Ce film a été retenu - Commissions 2021

Composée de bibliothécaires, la commission de sélection de films documentaires d'images en bibliothèques prospecte la production récente et sélectionne des films pour une diffusion en bibliothèque.

Pourquoi nous avons retenu ce film ?

par Hélène Bitauld, MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE L'ECHAPPEE

Membre de la commission de sélection d'images en bibliothèques

Dans un monde où l’apparence est si importante, réaliser un film sur des « Gueules cassées » se faisant tirer le portrait dans le mythique studio de photographie Harcourt est une gageure, que Didier Cros relève avec délicatesse.

Ne voyez aucune mise en scène racoleuse ou provocation facile dans ce contexte. Au contraire. Passée la surprise du premier regard porté sur Jenny, Patricia, Stéphane, Gaëlle et Guilhem le jeu de miroir par lequel nous les découvrons rend attentif à l’autre et nous permet d’appréhender cette différence au-delà de l’effarement.

Ce qui fait la force de ce documentaire c’est qu’il interroge notre rapport à l’autre dont le visage est la « porte d’entrée » mais auquel il ne se réduit pas, de même que le Studio Harcourt, plus qu’un temple de la beauté, est davantage une fabrique de belles images.

Il y a dans cette approche quelque chose qui n’est pas sans rappeler la philosophie d’Emmanuel Levinas pour qui le rapport à autrui est fondamentalement éthique.

Modalités de diffusion

Pour les bibliothèques

- Projection publique, consultation sur place et à domicile avec l'abonnement à la plateforme lesyeuxdoc.fr - Projection publique avec le mini-forfait "Découverte" qui permet de diffuser 3, 5 ou 8 films

Contact abonnés : Aurélie Solle, aurelie.sollebpi.fr / 01 44 78 45 70 Contact non abonnés : Marina Mis, marina.misbpi.fr / 01 44 78 45 18

 

Pour toutes les structures non-commerciales

Pour acquérir le DVD avec droits de prêt et de consultation sur place : ADAV

Contact : contactadav-assoc.com

Pour toutes les structures non-commerciales

Pour acquérir les droits de projection publique non commerciaux : ADAVPROJECTIONS

Contact : contactadavprojections.com

Date de mise à jour :