Cycle Mois du doc 2014

Emergences

Cycle programmé par Sandra Davené, ASSOCIATION BELLEVILLE EN VUES dans le cadre du Mois du doc 2014

Cette section présente les travaux de réalisateurs contemporains qui s’emparent des images et des sons aujourd'hui, qu’il s’agisse de la réutilisation de matériaux préexistants ou créés par eux-mêmes, pour écrire, dérouler et imprimer l’Histoire et leurs histoires. Dans cette confrontation des strates temporelles, ces gestes cinématographiques s'écrivent comme les fragments à la fois intime et collective d'une Histoire en cours.

Dans ce cycle

  • 5 films
  • 3 projections
FacebookFacebookemail

Projection : 15 novembre 2014 à 17h00 - Ateliers Varan (Île-de-France, Paris)

  • Cette séance était accompagnée

    Rencontre avec le réalisateurA 17h : TABLE RONDE "Cinémas arabes et nouveaux médias : de nouvelles images pour mémoire" Les soulèvements populaires qui ont eu lieu dans les pays arabes ont été le révélateur d’une effervescence cinématographique nouvelle. La multiplication des initiatives et des projets ont montré l'inventivité et la créativité des jeunes cinéastes qui se saisissent des évènements ici et là pour en devenir à la fois des témoins et des acteurs privilégiés. Ces jeunes auteurs et réalisateurs ont créé et réinventé d'autres manières de traiter de la mémoire au cinéma. A l’instar des vidéos réalisées par le collectif Abounaddara pour ne citer qu'eux, la complexité des réalités sur le terrain est désormais rendue visible sur le web au monde entier. Les cinéastes produisent alors un autre regard sur le monde, rendant compte de réalités différentes de celles véhiculées par les mass media. Les cinémas arabes se réinventent dans des expérimentations visuelles inédites caractérisées par l’hybridation de différents champs artistiques et l’utilisation du web. Cette “déterritorialisation” de l’image laisse place également à de nouveaux enjeux en termes de conservation, de diffusion, de partage, de médiation des images qui sont produites. Quelles réponses politiques et esthétiques le cinéma peut-il apporter aux évènements ? Quel est le statut de ces différentes images réalisées au cours des Printemps Arabes ? Dans quelle mesure ces expérimentations visuelles et l'utilisation des nouveaux médias permettent de (re)penser les cinémas arabes? Quelles images produites resteront ? Pourquoi certaines images resteront et d’autres pas ? Cette table ronde se propose de réfléchir à la capacité du cinéma à produire de la mémoire, en intervenant au coeur d'un événement présent.

    Table Ronde animée par Agnès Devictor Maître de conférences à l'Université Paris 1, a dirigé « Cinémas arabes du XXIe siècle. Nouveaux territoires, nouveaux enjeux » (Revue d’Etudes des Mondes musulmans et de la Méditerranée, 2013), même si son terrain de recherche est davantage axé sur l’Iran et l’Afghanistan. Elle travaille notamment sur les films tournés en temps de crises (guerres, révolutions) et s’intéresse également à la relation entre cinéma, croyance et religion.

    Intervenants : Ahmad Ghossein, réalisateur libanais Un membre de l'équipe du projet syrien Creative Memory Katia Kameli, artiste pluridisciplinaire franco-algérienne Tahar Chikhaoui, directeur artistique des Rencontres internationales des cinémas arabes

Projection : 15 novembre 2014 à 23h30 - Ateliers Varan (Île-de-France, Paris)

Date de mise à jour :